Valentine Armand explore dans ses œuvres les rapport, actuels et possibles, de l’homme à son environnement, et plus particulièrement à son environnement végétal. 

Dans ses œuvres graphiques, ses photographies et ses sculptures, elle dé- construit puis re-construit les représentations, opérant un travail de mémoire et de réparation, parfois partiel.

De ce travail sur la réalité, résulte un changement de point de vue qui rapproche le spectateur du monde naturel et brouille les frontières ontologiques entre les règnes biologiques. 

Ses travaux s’inspirent des historiens de la perception du paysage  comme Simon Schama ou Alain Corbin, des anthropologues de l’écocentrisme (Philippe Descola et Bruno Latour) et des travaux de vulgarisation du botaniste Francis Hallé. 

Elle a étudié les arts visuels à l’École du Louvre et à l’Université Paris 1-La Sorbonne.